Les dieux et les esprits aux Marquises

Added 24/11/2008

 

Les anciens marquisiens avaient de très nombreux dieux. Un peu comme les Grecs et Romains, ils avaient des dieux pour toutes les choses de la nature et même pour toutes les situations de la vie. Il y avait le dieu du feu, de la pêche, de la mer, des statues etc… mais aussi le dieu de la puberté, le dieu des voleurs , le dieu des buveurs de kava, le dieu de la jalousie conjugale etc …

Les dieux principaux étaient discrets et peu craints, et donc n'impliquaient pas d'attitude particulière de la part des marquisiens ; par contre les «  petits dieux » étaient turbulents, agressifs etc … et il fallait  les ménager. C'est à eux que s'adressaient les offrandes, les cérémonies etc...

 Ils  faisaient régner une « sainte terreur » dans la tribu. On pense qu'un certain nombre de personnages marquants du début  de l'histoire des marquisiens ont été divinisés après leur mort.

En plus des dieux, présents dans tous les lieux, il y avait les esprits de certains défunts qui rôdaient.

Les femmes mortes en couches risquaient de devenir des «vehine hae » (fantômes femelles) qui viendraient perturber et même tuer les femmes enceintes de la tribu. De nombreuses offrandes étaient prévues pour les calmer et pour éviter leurs néfastes interventions. Ces femmes mortes en couches  étaient déposées dans des endroits particuliers «tokai » pour éloigner leurs influences. Des témoins racontent qu'au milieu du XXe siècle, de telles pratiques ont été constatées.

Une particularité de la religion marquisienne, c'était le traitement différent réservé à ceux qui accédaient au paradis. Il y avait trois étages correspondant  à trois niveaux de la société.

-le «havaii te’a’o » était réservé aux chefs et aux  gens de bonne famille

-le «havaii vaveka » était le lieu des « tuhuka », des guerriers et des personnages d'une certaine importance dans la tribu

-le «havaii ta uka » était le plus près du sol, il était réservé au peuple ordinaire.

Dans le premier on trouvait tous les biens de ce monde :  les aliments, les belles femmes ; dans le troisième on ne trouvait rien de bon, que des vers et de la charogne…

Le choix de l'étage n'avait aucun rapport avec le comportement bon ou mauvais du défunt pendant sa vie. C'est uniquement la position sociale qui déterminait l'étage.

Tags :
Category : Les dieux et les esprits | Comments (4) | Write a comment |

| Contact author |